Accueil > Solutions spécifiques en pratique > Isoler un appartement des années 50 dans un immeuble en béton

Isoler un appartement des années 50 dans un immeuble en béton

lundi 31 décembre 2007, par ClementW

Ce message résume assez bien les problèmes posés dans les appartements situés dans des immeubles en béton construits sans préoccupation acoustique. Le matériau acoustique parfait en théorie doit être lourd et souple... le béton est très lourd et très raide, d’où des problèmes assez sérieux à résoudre. Comme souvent cette personne a été confrontée a des entrepreneurs qui lui proposent des solutions couteuses et incomplètes. Chaque entrepreneur propose sa solution en fonction de sa spécialité, sans se préoccuper des priorités acoustiques. Au final la comparaison des devis et solutions proposées est impossible.

Je découvre votre site avec un intérêt très vif et vous remercie pour
toutes les informations précises que vous partagez. Mon problème n’est
pas celui d’un musicien : il s’agit de me protéger des bruits aériens et
des bruits d’impact provenant des appartements voisins dans une
construction datant de 1957 (hors normes !). Je ne dispose que de huit
centimètres au plafond du salon et 10 maximum (à cause des fenêtres)
dans les chambres. Aux dernières nouvelles, càd d’après le dernier
entrepreneur consulté, cette hauteur serait insuffisante pour installer
un système avec des suspentes antivibratiles (le système serait
inefficace à cause de la faible marge de manœuvre). Il préconise donc
uniquement de la laine de roche compressée et du BA13 (pour une
fourniture et pose d’une centaine d’euros au m2). Qu’en pense le
spécialiste ?
Une autre entreprise proposait d’abord d’isoler tous les plafonds avec un
poliane et une feuille d’isorel puis :
- suspentes antivibratoires,
- ossature métallique de type F530, épaisseur 20 mm,
- 50 mm de laine de roche,
- une plaque de BA 18,
- une plaque de BA 13...Le tout pour 150 euros du m2...
Pour les murs mitoyens et de façades, une ossature métallique montée
sur résilient, 50 mm de laine de roche, un BA 15 puis un BA 13 ...pour 87
euros du m2.
Bref, je suis perdue dans des avis aussi variés et contraires.

...

Plusieurs personnes m’ont également parlé de désolidariser les cloisons
d’un trait de scie mais il semblerait que cela puisse fragiliser la
structure et occasionner par la suite des tas d’ennuis, fissures par
exemple... Connaissez-vous ce système ? Vaut-il mieux doubler les
cloisons ?
Enfin la pose d’un plancher flottant (sur mousse isolante) peut-il
atténuer les bruits venant d’en-dessous ? (piano deux étages plus bas
mais même pas sous mon appartement). Le plancher actuel date de la
construction de l’immeuble et est composé de petits carreaux directement
collés sur la chape de béton. Et si je dois aussi refaire les planchers,
faut-il commencer par là ?

Désolée de la longueur de ce message et en espérant ne pas trop vous
importuner ! D’avance un grand merci pour vos conseils avisés,
N.S.

Il y a beaucoup de bonnes idées dans les solutions proposées, mais elles manquent de cohérence.

L’isolation passe prioritairement par le traitement des points faibles : ouvrants (fenêtres, portes), canalisations. Les transmissions latérales sont insidieuses et ne sont pas à prendre à la légère : un simple trait de scie sur les cloisons intérieures n’est pas suffisant si ces cloisons ne sont pas désolidarisées du sol. Le sol doit recevoir une isolation équivalente à celle des murs, sinon l’argent dépensé dans les murs sera en grande partie perdu.

Les bruits d’impact des voisins du dessus sont les plus difficiles à isoler : ces impacts mettent votre plafond en résonance dans un registre assez grave, registre qui est très difficile à isoler. La solution est normalement à la source : en amortissant les impacts pour empêcher qu’ils mettent la structure en vibration. Des solutions sont néanmoins envisageables.

Le piano peut s’entendre deux étages et plus au dessus car il se propage principalement par transmissions latérales.

Attention : en réalisant une insonorisation poussée vous vous exposez à être ensuite gênée par des bruits internes à l’appartement auparavant masqués par les bruits extérieurs. De plus la ventilation n’était pas non plus "aux normes" en 1957, car on supposait que les occupants ouvriraient régulièrement les fenêtres. En isolant par l’intérieur vous améliorez l’isolation thermique, qui peut devenir un problème réel en été, surtout si ne vous pouvez pas ouvrir les fenêtres la nuit, ce qui peut vous conduire à climatiser l’appartement et/ou à renforcer la ventilation. Ces travaux doivent être réalisés avant l’isolation.

En faisant faire des devis à des entrepreneurs sans étude acoustique préalable vous vous êtes exposée à un problème habituel : impossible de comparer des devis proposant des solutions différentes.

Messages

  • Bonjour, J’ai un appartement des années 70 tout en béton. Voici la solution qui va être mise en œuvre cet automne :

    - les murs vont être doublés avec du Sempaphon Iso (2,5cm) collé directement au mur, les dalles seront solidarisées avec de la colle fermacell et non de la colle sempatap kleber : meilleure tenue pour les finitions peinture

    - les plafonds vont être contrecollés Sempatap 10mm puis vont etre doublés par un faux plafond en fermacell 12,5mm avec doublage léger en panneaux de laine de roche 40mm. Toute la structure métallique recevra un joint de découplage en bande mousse entre le fermacell et l’ossature

    - les sols vont recevoir une chape sèche en fermacell doublé de fibre de bois

    voila voila. Les simulations quant à l’isolation thermique et acoustique sont bonnes, reste à voir quand tout sera fini.

    • Bonjour,

      Merci pour votre message que je n’avais pas vu.

      Le Sempaphon Iso est trop mince et trop léger pour permettre une isolation correcte des basses fréquences. Il créer très probablement un défaut d’isolement dans une bande de fréquence entre 100 et 200 Hz, il faudrait le rapport de labo pour être certain... si ce rapport existe. Le constructeur se garde bien de le publier sur son site, ce qui n’augure rien de bon. De plus ce produit aura une action négligeable sur un mur maçonné.

      Pour le plafond la solution proposée comporte des incohérences, surtout si le Sempatap est collé directement sur le plafond existant avant doublage. La désolidarisation doit se faire entre la structure existante et les structures métalliques. Pas entre les structures métalliques et le Fermacell.

      La solution retenue pour le sol peut se révéler efficace, tout dépend de la structure existante et de l’usage (isolation bruit de pas seulement, bruits domestiques courants, musique ?)

      Cordialement.

  • Nous aussi habitons dans un immeuble en béton construit vers la fin des années 50 donc sans isolation phonique aucune. Au-delà des désagréments inhérents à cette situation et ayant déjà fait l’objet de nombreuses consultations sur ce site, nous subissons une autre nuisance phonique. Les compteurs gaz et eau de 4 appartements sont réunis dans un placard situé sur le palier mais qui vient en verrue dans la pièce de notre appartement qui constitue notre chambre. Matin et soir nous entendons le cliquetis des compteurs qui tournent. Le pire c’est que le bruit entendu dans notre chambre est plus fort que le bruit entendu quand on ouvre le placard côté palier. On dirait que le placard agit comme une cage de résonnance.

    D’après-vous, quelles solutions sont envisageables pour supprimer ces bruits ? Faut-il doubler les cloisons du côté de notre chambre ? Intercaler une plaque de matériau isolant entre les compteurs et le fond du placard (les compteurs sont fixés au moyen "d’étriers" directement vissés dans le mur).

    Merci beaucoup d’avance de vos idées sur la question.

  • Bonjour.

    Ma situation est la suivante ; bâtiment année 50 , situation personnelle sous-sol , murs en brique de 40 cm , 2 plafonds en brique -chappe-carelage , 1 plafond en béton armée -chappe-carelage.
    Problème ; mon étage est utiliser comme atelier pour divers travaux , voiture mobilier etc ...
    au dessus [ plafond en béton armée] il y à des chambres dont les gens dorment en journée.
    J’entend chez moi quand ils parlent et marche , eux m’entende parler aussi.
    Mon plafond fait 2m15 de haut , et ne sait ni faire un plafond flottant [ du aux canalisations des deux côté ] ni plafond suspendu [ béton trop armée . Donc pas moyens de mettre les fixations à bonnes distances.

    Je voudrait savoir quel produit serait le plus approprier à coller contre ce plafond en béton armée svp ?
    Pour les murs et canalisations la solution est déjà prévu.
    Il me manque juste pour ce plafond.
    On ma déjà parler de plaque de liège 5cm ou des plaque type mousse etc.
    Je vous remerci d’avance pour votre aide.

  • Bonjour,

    Tout d’abord est ce que ce site est toujours actif ?
    Puis je exposer mon projet ?

    Cdt

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.